Publications finales du projet REDDSO

publication finale reddsoLa démarche de capitalisation présentée dans ce document fait partie intégrante du projet européen REDDSO – Régions pour l’éducation au développement durable et solidaire.

Approfondissant le travail réalisé entre 2009 et 2011, dans le cadre du projet européen Des Alpes au Sahel, REDDSO réunit, depuis avril 2013, des autorités locales et des acteurs de la société civile européens autour de l’expérimentation de parcours pédagogiques d’éducation au développement durable et à la solidarité internationale (EDD-SI) en milieu scolaire.

Portée par la Région Rhône-Alpes, en partenariat avec la Région Piémont, la Région Catalogne, la Région Maloposka, RESACOOP (Réseau Rhône-Alpes d’appui à la coopération internationale), COP (Consortium des ONG piémontaises) et la FCONGD (Fédération catalane des ONG pour le développement), cette initiative a permis de rapprocher dans chaque territoire les acteurs de l’éducation formelle et les organisations impliquées dans la coopération et la solidarité internationales et dans l’éducation au développement durable.

Véritable défi d’un travail partenarial entre autorités locales, institutions académiques et acteurs de la société civile destiné à renforcer les politiques publiques en soutien à l’EDD-SI et à l’amélioration des pratiques existantes dans les quatre territoires (Catalogne, Maloposka, Piémont et Rhône-Alpes), REDDSO a permis la mise en place d’une réflexion commune entre enseignants et acteurs de la solidarité internationale issus de régions partenaires. Malgré les différences de terminologie et de pratiques dans chaque territoire, et au sein d’un même territoire entre acteurs impliqués (autorités publiques, organisations et établissements scolaires), les différentes activités  mises en place ont favorisé le rapprochement et le dialogue entre différentes « éducations à » (« global education », EDD-SI, éducation pour la justice globale, etc.) vers un objectif commun : l’émergence d’une éducation à la citoyenneté mondiale. Dans l’optique de favoriser cette émergence à travers l’identification des traits communs entre les parcours pédagogiques expérimentés dans chaque région, l’étude de capitalisation ici publiée, a été pensée comme un travail de réflexion continue tout au long du projet.

Version française 

“Apprendre des expériences en éducation au développement durable et à la solidarité internationale”, Capitalisation du projet REDDSO, Régions pour une éducation au développement durable et solidaire.

English version

“Learning from experiences in education for sustainable development and international solidarity”, Capitalisation of the REDDSO project, Regions for education for sustainable development and solidarity

RealGlobe, nouveau portail sur l’éducation à la citoyenneté mondiale

Logo Real Globe-fond blanc

Dans le cadre du projet européen REDDSO  la nouvelle plateforme Internet RealGlobe, Regions’ Alliance for Global Education (Alliance des Régions pour l’éducation à la citoyenneté mondiale), a été lancé fin novembre 2015.

Ce site ressources accessible en français et en anglais vise à promouvoir l’éducation au développement durable et à la solidarité internationale dans les écoles des différentes régions de l’Union européenne. Destiné aux enseignants et aux animateurs d’associations et d’ONG souhaitant sensibiliser les nouvelles générations aux enjeux globaux de notre planète, RealGlobe se veut un outil pratique notamment grâce à sa « boite à idée » qui  comporte des exemples concrets d’expériences menée dans les établissements scolaires.

À travers différentes ressources (guides, dictionnaires, sites…) les visiteurs trouveront sur ce site des clefs pour construire eux-mêmes leur projet pédagogique.

www.realglobe.eu

Ateliers d’échange de pratique pour les enseignants de la région Małopolska

LLOGO maloes 4 ateliers régionaux pour les enseignants du projet européen REDDSO – Régions pour l’éducation au développement durable et solidaire – se sont tenu dans les 3 villes principales de Małopolska: Tarnow, Nowy Sacz et 2 fois à Cracovie en octobre et novembre 2014.

Plus de 160 personnes ont participé à ces ateliers.

Le but des ateliers était :

  • d’accroître les connaissances et la sensibilisation des enseignants dans le domaine de l’éducation au développement durable et à la solidarité internationale (EDD-SI),
  • d’introduire des méthodes innovantes pour la mise en œuvre de parcours pédagogiques en EDD-SI qui découlent de la base de programme (BP) dans l’enseignement (dans les sujets, les projets, les cours périscolaires, les cours d’éducation civique, les groupes d’intérêt spécial et les concours thématiques spécifiques),
  • d’encourager les enseignants à organiser des initiatives scolaires au cours de la Semaine de l’éducation mondiale.

Le projet « street-art et commerce équitable » s’expose à Lyon

pic videoL’exposition de clôture du projet sera présentée mardi 23 juin à 18h au Lycée Jacques de Flesselles à Lyon 1er.

Réinsérer des élèves en rupture scolaire en les sensibilisant à l’art et au commerce équitable. Tel était l’objectif principal du projet « street-art et commerce équitable » mené dans des classes relais du lycée Fays de Villeurbanne et du lycée Flesselles à Lyon et soutenu par la Région Rhône-Alpes.

Après une sensibilisation aux thèmes du projet, les élèves ont découvert le commerce équitable à travers différentes dégustations et se sont penchés sur le projet artistique des associations La Boite à Lumière et Artisans du Monde. Accompagnés par l’artiste Don Matéo, ils ont ensuite réalisé au pochoir des portraits de producteurs de commerce équitable, issus de l’exposition « Portraits Sonores ».

Mardi 23 juin vous pourrez découvrir l’exposition des portraits à la bombe réalisés par les élèves ainsi que l’exposition photo Portraits sonores de La Boite à Lumières.

Vidéo de la réalisation des portraits : https://drive.google.com/file/d/0B7KVVglGSrQeYzNaQmZ5RGZNTFU/preview

Informations pratiques :

Exposition mardi 23 juin à 18h au Lycée Flesselles, 15 rue Flesselles 69001 LYON

Rencontre “Changer l’école pour changer le monde” à Barcelone

IMG_1430Plus de 100 personnes ont participé à l’échange d’expériences éducatives  Changer l’école pour changer le monde  qui se tenait à Barcelone le 10 et le 11 avril 2015. Cette rencontre a permis de débattre sur le rôle des écoles dans leur environnement ainsi que celui de l’ensemble des acteurs éducatifs dans la mise en œuvre de l’éducation transformatrice.

La rencontre a eu lieu au siège de l’Association des enseignants “Rosa Sensat”. Miriam Acebillo de Lafede.cat et Jaume Vinyals du Département de l’Enseignement de la Generalitat de Catalogne ont accueilli les participants et présenté la réunion, soulignant la nécessité des valeurs, de la réflexion et de l’échange d’expériences, ainsi que de l’engagement collectif pour transformer l’environnement.

IMG_1617Celia Canellas et Rosa Toran, Docteures en Histoire et enseignantes à la retraite, ont donné une conférence sur une période de l’Histoire qui, selon les mots d’Irene Balaguer, fut “une période extraordinaire de civisme, de culture et de sensibilité où il était possible de parler, penser et agir: le premier tiers du XXème siècle“. L’influence de Ferrer i Guardia, Giner de los Ríos et Maria Montessori, entre autres pédagogues, et l’engagement du républicanisme politique catalan d’autre part ont eu un impact fort sur le modèle de l’école publique: éducation gratuite et laïque, élargissement des capacités d’accueil de l’école, création de services pour améliorer la nutrition et la santé des enfants, innovation pédagogique, introduction de l’enseignement artistique, renforcement des associations et des relations avec les familles, mise en place de la formation des enseignants, entre autres mesures.

Dans l’assistance, de nombreuses questions ont été soulevées telles que la nécessité d’aller plus loin dans le sens d’une école communautaire où des valeurs telles que la solidarité, l’engagement et la transformation sociale sont mises en pratique. Ont également été évoquées les conditions essentielles pour que les pratiques pédagogiques dans les écoles puissent avoir un effet transformateur. A ce sujet, la directrice du Lycée de Gurb, Teresa Pietx, a souligné la confiance des enseignants dans le «moi social» des étudiants: “Personne n’est dénué de compétences ou d’aptitudes positives, il faut simplement aider les enfants et les jeunes à les découvrir.

18 expériences présentées, une grande variété de sujets abordés

IMG_1495Les expériences éducatives ont été organisées par thémes: l’environnement, le multiculturalisme, la durabilité économique et sociale, le genre, la participation citoyenne, et la paix et les droits humains.

L’éventail des sujets était large: certaines des expériences, par exemple, relevaient de l’agroécologie, la violence de genre ou la diversité culturelle. “Nous avons appris que tout le monde n’a pas besoin de se sentir d’un pays pour pouvoir y vivre“, a expliqué l’un des élèves de l’Institut Quatre Cantons, qui ont réalisé des vidéos évoquant les histoires de vie des migrants d’un quartier de Barcelone. Les finances éthiques, les droits des enfants ou les inégalités mondiales étaient également abordés à l’atelier “Nous avons beaucoup appris. Par exemple, le tiers-monde n’est pas seulement géographique, il est aussi présent chez nous, et dans les pays du Sud il y a aussi des gens qui vivent dans les mêmes conditions que nous“, a expliqué un étudiant du Lycée de Gurb.

En outre, des méthodologies telles que le Service Learning ou le recours à des semaines banalisées (Travail Globalisé sur proposition externe) qui impliquent activement les étudiants sont à la base de bon nombre des propositions d’éducation transformatrice présentées.

Un guide de formation pour intégrer l’Éducation au Développement au curriculum scolaire

Mariano Flores, de l’ONG Edualter et Benjamí Moliné, professeur de lycée et membre du groupe de Competences i EPD étaient chargés de présenter le Guide pour l’intégration de l’Éducation au Développement au curriculum avec une approche par compétences, un guide en ligne et interactif. Flores a rappelé le processus de préparation du guide, processus qui a impliqué plus de soixante enseignants et membres d’ONG. Selon Benjamí Moliné le guide est “une pièce d’orfèvrerie parfaitement adaptée et en lien avec le programme.” Moliné a également insisté sur l’utilité du guide pour faciliter le décloisonnement du travail des établissements scolaires. Les enseignants et les ONG peuvent être plus courageux et autonomes pour décider quelles valeurs doivent être travaillées.

Satisfaction générale et volonté d’aller plus loin

Une des conclusions de la rencontre a été la nécessité de concevoir des projets pédagogiques impliquant la participation active des élèves à toutes les étapes, des expériences vécues où les élèves se sentent entendus et acteurs.

L’importance de l’interaction partagée entre les écoles et leur environnement de façon organisée est l’autre élément clé. Comme en témoignent le nombre élevé de projets de Service Learning et leurs résultats, il est évident que le travail de transformation sociale doit être fait à travers la coordination, la construction de projets partagés et l’innovation dans le domaine méthodologique pour concevoir et mettre en œuvre des projets coopératifs, ouverts et flexibles, qui prennent des risques pour sortir des cadres habituels.

Les participants ont jugé très utile l’organisation de la rencontre, qui leur a permis de se mettre en réseau, faire du réseautage et d’apprendre des expériences à répliquer. Voici quelques commentaires recueillis dans l’enquête finale:

Ça m’a ouvert l’esprit, à présent j’envisage plus de possibilités de travailler avec une ONG à l’école“.

Bien que je ne sois pas encore enseignant, j’emporte avec moi toutes ces expériences et ces idées qui m’ont enrichi“.

La réunion conforte et renforce ceux qui étaient déjà impliqués dans de tels projets. Elle encourage aussi à ceux qui ne l’ont pas encore fait à se lancer, et fournit aux organisations et  aux établissements scolaires un grand nombre de contacts“.

C’est une grande motivation pour les enseignants qui veulent changer à la fois la méthodologie et l’environnement éducatif dans lequel nous vivons. Ces espaces sont importants pour améliorer le travail de tous les jours à l’école et cela est essentiel“.

C’est une contribution très positive pour nous de savoir que nous ne sommes pas seuls“.

La réunion a suscité beaucoup d’intérêt et de nombreuses expériences d’un niveau très élevé ont été présentées. Ceci démontre la pertinence de ces espaces d’échanges organisés par des institutions, organisations ou projets, tels que REDDSO.

« Sono Piccolo e mi Rifiuto » (Je suis petit et je refuse)

redit1Projet d’Éducation pour le développement durable et la solidarité internationale créé par l’école primaire IC Sidoli de Turin (Italie, http://www.icviasidoli.it)  et Engim Ong (Turin http://www.internazionale.engim.it).

Pays, région et ville : Italie, Piémont, Turin
Acteurs : École primaire, IC Sidoli Turin, Engim Ong, l’Université de Turin, AMIAT (Multiservice Société Hygiène de l’environnement Turin), Border Radio- radio web Turin
Niveau éducatif : École primaire

Brève description de l’expérience :
Le projet est né en 2013 de la collaboration entre l’Institut Sidoli et ONG Engim de Turin (Italie). Suite à une planification conjointe entre les écoles et les ONG, le projet est financé avec le premier appel pour les écoles, publié par la Région Piémont, dans le projet REDDSO (Appel pour les écoles à participer aux activités de Projet européen REDDSO de l’année scolaire 2013-2014, expirant le 15 octobre, 2013).
Le projet était très complexe et développé tout au long de l’année scolaire 2013-14, avec des activités dans la salle de classe et à l’extérieur de l’école.
Les activités en classe ont été réalisées par l’enseignant et par l’opérateur de l’Ong Engim à travers ateliers d’éducation à la citoyenneté mondiale.
Ont été faites plusieurs réunions de planification, de suivi et d’évaluation avec l’enseignant responsable (Roberta Condomitti) et l’opérateur de l’Ong (Mariangela Ciriello).
Dans le projet ont été inclus de nombreuses visites à l’extérieur de l’école (par exemple à l’Université) et une web radio est venue en appui pour la création d’une campagne de sensibilisation, créée et produite par enfants (spots radio écrites, dessinées par les enfants, puis corrigées par les enseignants).

redit2Objectifs:

• Style de vie durable et responsable.
• Explorer le thème de la gestion des déchets dans le territoire dans lequel on vit, (dans le propre État et dans la propre commune) et en autres pays, en particulier pays africains.
• Stimuler des comportements responsables, en particulier sur les problèmes ambiants et à la gestion des déchets.
• Initier les étudiants à la connaissance du “Sud” du monde et à la dimension de la solidarité internationale.

Contenus:

Après des expériences réalisées à l’école, en collaboration avec des organismes de la Ville de Turin (Circonscription 9, Ville de Turin, Province de Turin, Amiat…), il a été décidé de réaliser un parcours qui donne un regard sur le monde, en particulier sur la dimension de la solidarité internationale.
Pour cette raison, il a été décidé d’unir le sujet “droits de l’enfance” à celui des déchets, pour favoriser la compréhension des connexions
existantes entre sujets environnementaux et des droits fondamentaux de l’Homme, entre problèmes locaux et problèmes globaux.
Les élèves ont travaillé en regardant le problème du point de vue des droits. Ceci à favoriser chez les enfants une réflexion sur le droit à la santé (vivre dans un environnement sain et protégé), à la protection (contre le travail des enfants, contre l’exploitation), au jeu, etc.

« Journée Solidarité » au collège Jacques Prévert d’Andrézieux-Bouthéon

En partenariat avec le projet REDDSO, le collège Jacques Prévert d’Andrézieux-Bouthéon* organise une « Journée Solidarité » mardi 12 mai 2015.

À l’occasion de cette journée, les participants pourront découvrir une exposition sur l’Afrique, un four africain fabriqué par des élèves de 3e, un stand sur le développement durable et un autre sur la revalorisation des déchets.

Un repas africain sera organisé au profit de l’école Pass Yam dans laquelle le collège Jacques Prévert d’Andrézieux-Bouthéon participe à un projet d’aide à l’installation de panneaux solaires et d’aménagement de la bibliothèque.

Téléchargez le programme

* Rue Racine, 42160 Andrézieux-Bouthéon
Tel. 04 77 55 02 95

Commerce inégal – Commerce équitable

catPays, région et ville: Catalogne – Igualada (Barcelone)

Acteurs du projet: Lycée Joan Mercader et SETEM Catalunya

Niveau d’enseignement: Première année du lycée / Âges des participants: 16/17 ans

Matières impliquées: sciences sociales et éducation à la Citoyenneté

Résumé: ce projet a pour objectif d’éduquer les élèves pour qu’ils deviennent membres actifs et critiques de notre société ainsi que consommateurs informés. Pour y arriver, les enseignants, épaulés par l’ONG collaboratrice, SETEM, fournissent aux élèves des renseignements au sujet du commerce classique et du commerce équitable, ainsi que les outils adéquats pour une recherche plus personnelle et précise. Les élèves sont également sensibilisés au travail conduit par les associations du commerce équitable. Une action menée avec SETEM, consiste à installer un petit stand en centre de la ville dans le but d’informer et de vendre des produits du commerce équitable.

Apprentissages acquis: Un travail est mené sur la compétence “sociale et citoyenne” des élèves. Il s’effectue au travers de la connaissance des dynamiques de l’économie de marché, des relations commerciales à échelle mondiale et d’une réflexion sur les situations qu’ils entraînent auprès des collectivités défavorisées.

La capacité de synthèse de l’information à travers la recherche des recours dans les médias numériques sera également développée. Le projet vise aussi à encourager l’autonomie et la prise d’initiatives personnelles en mettant au service des autres l’information sur phénomènes étudiées dans le petit stand au centre. L’objectif est d’amener les élèves à réfléchir sur leurs propres attitudes en tant que consommateurs et citoyens et qu’ils prennent des engagements d’implication citoyenne après le projet. Les professeurs évalueront le travail réalisé par les élèves. Il y aura aussi une réunion d’évaluation avec le représentant de la direction, les professeurs impliqués et les représentants de SETEM qui donneront une évaluation globale. Les élèves devront remplir une feuille d’évaluation et discuter sur le projet qu’ils ont mené à bien. En guise de reconnaissance, les panneaux explicatifs vont être exposés dans le hall du lycée et le projet va être aussi diffusé dans la revue du centre, la radio et la presse locale.

Description du service: À l’aide de SETEM, un petit stand de commerce équitable sera installé en centre de la ville, pour informer les gens et pour vendre des produits.

 

Bienvenue, benvenuti, benvingut, witajcie !

Bienvenue sur le site Internet du projet européen REDDSO – Régions pour une éducation au développement durable et solidaire.

Conduit de 2013 à 2015, REDDSO avait pour objectif de promouvoir la prise en compte de l’éducation au développement durable et à la solidarité internationale (EDD-SI) dans les politiques publiques locales et les systèmes éducatifs régionaux et européens.

Portée par la Région Rhône-Alpes, en partenariat avec la Région Piémont, la Région Catalogne, la Région Maloposka, RESACOOP (Réseau Rhône-Alpes d’appui à la coopération internationale), COP
(Consortium des ONG piémontaises) et la FCONGD (Fédération catalane des ONG pour le développement), cette initiative a permis de rapprocher dans chaque territoire les acteurs de l’éducation
formelle et les organisations impliquées dans la coopération et la solidarité internationales et dans l’éducation au développement durable.

Véritable défi d’un travail partenarial entre autorités locales, institutions académiques et acteurs de la société civile destiné à renforcer les politiques publiques en soutien à l’EDD-SI et à l’amélioration des pratiques existantes dans les quatre territoires (Catalogne, Maloposka, Piémont et Rhône-Alpes), REDDSO a permis la mise en place d’une réflexion commune entre enseignants et acteurs de la solidarité internationale issus de régions partenaires.

Pour en savoir plus, consulter les publications finales du projet et consulter le site www.realglobe.eu.